Texte : Alexandre Metzger - 20 janvier 2024

Films sortis en 2024

Watch in progress

Nous sommes loin de pouvoir tout voir, et d’avoir tout vu, mais voilà les films de 2024 vus par notre équipe sur les écrans de cinéma (et parfois de télévision) et que nous avons envie de partager avec vous, ou pas.

 

JUIN 2024

The Bikeriders

Affiche du film The Bikeriders sorti en 2024
Inspiré des écrits et photographies en noir et blanc de Danny Lyon publiés dans un livre éponyme en 1967, The Bikeriders est un retour vers le passé qui sent bon le cuir, l’huile moteur, la bière et la cigarette. Une virée à moto entre hommes, où les femmes n’ont pas trop leur mot à dire. Le film raconte l’histoire vraie d’un groupe de motards, The Vandals, épris de liberté, d’amitié et de poings dans la gueule, qui entre deux équipées sauvages, se retrouvent au bar ou autour d’un pique-nique arrosé. Au fil des ans, le groupe, mené par le leader Johnny (Tom Hardy), va grandir et perdre de ce qui faisait son essence et sa solidité. Si le film ne fait pas un éloge outre mesure de cet art de vivre, il dévoile un quotidien plutôt réaliste. Mais à vouloir être trop ancré dans la réalité, il en montre les moments ennuyants, beaufs et un peu limités aussi. A grands renforts de tube de blues et de rock’n roll, The Bikeriders sent tout de même un peu trop la poussière et manque un peu de modernité dans son traitement.
Sorti le 19 juin 2024

Les Guetteurs

Affiche du film Les Guetteurs sorti en 2024
Comme son nom l’indique, Ishana Shyamalan est bien la fille de son père. Auteur à succès de quelques très bons films, celui-ci est malheureusement le triste exemple de recettes/concepts ayant donné des résultats très moyens par la suite. Il n’empêche que le sieur a tout de même su se remettre en cause suite à plusieurs ratages. Après des études de mise en scène, Ishana fait ses armes chez son père et il est clair que dès ce premier long-métrage, elle a intégré les aspects techniques, efficaces et artistiques de son père. Malheureusement, ne fait pas Le 6e Sens qui veut, et Les Guetteurs tient trop du concept attendu et sans surprise pour qu’on en sorte satisfaits. Il ne tient qu’à cette réalisatrice de couper le cordon, à l’instar d’un Brandon Cronenberg par exemple, et d’affirmer une personnalité propre, afin de s’envoler de ses propres ailes.
Sorti le 12 juin 2024

MAI 2024

Furiosa, une saga Mad Max


Affiche du film Furiosa sorti en 2024L’attente aura été longue entre Fury Road et cette nouvelle saga qui nous dévoile la jeunesse de Furiosa, ce personnage féminin devenu rapidement emblématique dans l’univers très masculin de Mad Max. 9 ans pendant lesquels George Miller aura d’abord pris le soin de réaliser une œuvre plus intimiste (Trois Mille ans à t’attendre) avant de remettre de l’essence dans le développement de sa mythologie. Le résultat est très plaisant d’un point de vue de l’histoire qu’il nous propose, celle d’une jeune fille ayant grandi dans une communauté sur un lieu d’abondance (La Terre Verte), et qui va en être arrachée par une horde de motards sauvages. Elle va tomber dans les griffes de leur chef, Dementus, qui va se montrer sans pitié et faire naître chez la jeune fille un sentiment de vengeance qui ne la quittera jamais. En nous livrant de nouveaux personnages, en explorant de nouveaux lieux, George Miller prouve ô combien son wasteland australien dystopique est étendu, et extensible presque indéfiniment. Ce monde est un empire déjà dévasté, et sa chute ne fait nul doute. La quête de pouvoir et de domination reste un moteur pour les plus cruels, et la remise en question n’aura plus jamais lieu d’être puisque le destin entamé est irréversible. La critique unanime et la standing ovation à Cannes avaient de quoi rassurer avant même de se rendre à la séance. Mais pour certains, la bande-annonce boostée aux images de synthèse avaient laissé quelques taches d’huile sur la rétine. Il faut bien l’avouer, c’est malheureusement décevant de constater que le film est bâclé d’un point de vue visuel. Capable de nous offrir des scènes fabuleuses où l’action et les cascades impressionnantes sont bien au rendez-vous, Furiosa: une saga Mad Max déverse aussi son lot de plans qui sonnent faux, parfois dignes de séries B fauchées ou d’un Marvel paresseux. Les possibilités techniques actuelles permettent de démultiplier le nombre de « figurants » à l’écran, réduire la prise de risque de cascadeurs. Pour ce dernier point c’est louable certes mais c’est clairement ce qui faisait l’essence même de la saga. Voir un personnage brûler avec du feu en 3D ou des centaines de personnages bouger comme dans un jeu vidéo, cela réduit l’immersion dans le film et la crédibilité qu’on lui attribue. L’émotion et la violence attendues sont amenuisées elles aussi. Lorsque le générique de fin défile et qu’on peut y lire « AI Special Effects », on ne peut s’empêcher de penser que cette intelligence-là n’est pas celle que l’on souhaite. On peut imaginer que Miller doit être conscient que l’AI ne peut qu’accélérer la mutation de notre monde vers l’apocalypse qu’il nous a annoncée dès le premier Mad Max. Elle pourra peut-être même lui permettre de générer plusieurs Mad Max avant de franchir les portes du Valhalla. On ne boudera pourtant pas le plaisir qu’on éprouve devant ce spectacle qui donne ses lettres de noblesse à l’action totale et n’oublie pas d’être critique et pertinent dans les propos qu’il développe. Vivement la prochaine apocalypse. Sorti le 22 mai 2024

When Evil lurks

Affiche du film When Evil lurks sorti en 2024
Sorti le 15 mai 2024

 

Les Trois Fantastiques


Affiche du film Les Trois FantastiquesEgalement acteur, Michaël Dichter signe avec Les Trois Fantastiques un premier long-métrage d’une belle maîtrise. Prolongeant l’histoire de son court Pollux datant de 2018, il conserve et développe ses personnages principaux pour raconter les 400 coups de trois potes de collège, Max, Vivian et Tom, guidés par un seul objectif, trouver l’argent nécessaire pour partir ensemble en colonie de vacances. La fin de l’année scolaire approchant, il leur reste peu de temps pour y parvenir. Le retour à la maison du grand frère de Max après un séjour en prison va chambouler le noyau familial, l’amitié du trio et faire basculer le destin de tout ce petit monde dans une zone dangereuse. Le film réussit sa partie aventures de copains évitant, malgré les balades à vélo, la comparaison avec les productions Spielberg, et surtout, la mièvrerie des comédies françaises du type Ducobu. Le ton réaliste du film, sur fond social bien marqué, entraîne le spectateur dans des émotions nombreuses. Dichter, s’inspirant de sa propre adolescence, alterne les moments d’humour, de complicité, de tension et même de frousse avec une fluidité admirable. Dans le rôle du grand frère, Raphaël Quesnard prouve encore sa capacité à développer des personnages sur la corde. Face à lui, les trois jeunes comédiens débordent de sincérité et leurs personnages vont malgré eux voir leur nature transformée et grandir plus vite que prévu. Un passage en force vers l’âge adulte marquant, dommageable, qui ne laissera personne, ni leur insouciance, indemne. Sorti le 15 mai 2024

Comme un lundi


Affiche du film japonais Comme un LundiA la fois huis clos et boucle temporelle, Comme un lundi, au vue de sa bande-annonce très drôle, se devait d’être suffisamment malin et dynamique pour rivaliser avec des modèles tels que Un jour sans fin, Happy Birthdead. Le concept de la semaine qui se répète est assez rapidement maîtrisé et laisse place à des situations plutôt originales où le comique l’emporte souvent. Ryo Takebayashi cite d’ailleurs ses aînés via les dialogues de ses personnages, des collègues travaillant au sein de la même agence de pub. Comme toujours dans ce genre d’histoire, le but est de parvenir à briser la malédiction et là aussi, on peut dire que l’histoire tient plutôt bien la route sans trop tourner en rond. La progression et le rapport entre les personnages servent un propos qui va réellement changer le regard de chacun sur les autres. Le film atteint tout de même rapidement ses limites, de lieu, de rythme parfois, et manque d’un sens de l’écriture qui aurait pu/dû le rendre plus drôle, plus émouvant. La malédiction de la bande-annonce trop alléchante a encore frappé. Même la scène post générique nous laisse sur notre faim. Comme un lundi reste tout de même un petit film divertissant sans prétention qu’on ne regardera sûrement qu’une fois. Sorti le 8 mai 2024

 

L’Ombre du Feu


Affiche du film L'Ombre du Feu de Tuskamoto sorti en 2024L’Ombre du Feu commence de manière assez troublante. Pendant près d’une demi-heure, on assiste à un huis-clos, un lieu unique au sein duquel vit une jeune femme, recluse. Divers personnages y pénètrent, certains pour y trouver un refuge momentané, d’autres pour y chercher du plaisir. Shin’ya Tsukamoto (Tetsuo, Gemini) laisse d’abord le spectateur dans un flou, sûrement volontaire, de lieu, d’époque, de récit. Plongés dans cet intérieur sombre, on imagine au-dehors une apocalypse récente, un virus, une guerre. On accepte presque naturellement que tout le film situera son action dans ce lieu unique, avec un trio de personnages qui s’est retrouvé là comme pour fuir la réalité. Mais le réalisateur nous bouscule dans nos certitudes, nous entraîne là où il veut, comme bon lui semble, seul maître à bord mais bon guide pour ceux qui sauront patienter dans leur fauteuil que l’histoire se construise à partir de peu de choses. Il nous dévoilera ce qu’il nous a d’abord dissimulé de cet extérieur inquiétant, nous en apprendra sur ses trois protagonistes et même d’autres, pour livrer une histoire intimiste et brutale, où tout est lié, où tout s’interprète, même la violence de chacun. Au final, une universalité se dégage dans ce message où la guerre est la cause de tous les maux, détruisant autant qu’elle rassemble, brisant des destins tout en s’ouvrant sur un peu d’espoir. Dans l’ombre du feu, les cendres d’un monde nouveau attendent de refroidir… Sorti le 1er mai 2024

 

Border Line

Affiche du film Border line sorti en 2024
Sorti le 1er mai 2024

 

 

 

Jusqu’au bout du Monde

Affiche française du film Jusqu'au bout du Monde de Viggo Mortensen
Partant avec quelques handicaps (The Dead Don’t Hurt est traduit en un titre sirupeux, un romantisme un peu trop affiché, une histoire somme toute classique, un manichéisme évident), le western réalisé et interprété par Viggo Mortensen se regarde avec une certain difficulté. Après quelques premiers plans qui augurent pourtant une exploration personnelle du western dans le respect des codes du genre, Jusqu’au bout du Monde nous entraîne doucement et délicatement vers une alternance de moments de grâce et de scènes difficiles. Nous rappelant ô combien cette grande époque du far west baignait dans une violence quotidienne et, sur fond de guerre de sécession, menait les hommes vers un destin qui allait causer des cicatrices collatérales manifestes. Si on gratte quelque peu cet aspect lisse du film, qui raconte en surface une histoire d’amour manquée, on peut lire dans cette femme moderne une métaphore de l’Amérique elle-même, meurtrie de l’intérieur par des hommes et leurs actes, guidés par le pouvoir et l’argent. Un pays où l’honnêteté, les convictions et la poésie sont laissés aux gens normaux et ne provoquent que des blessures et finalement des regrets. Alors qu’une nouvelle ère est possible après cette guerre intestine, une poignée d’hommes décident de s’accaparer les richesses, dans le sang et le mensonge. Mais le message est un peu utopiste et daté pour qu’on ose y croire encore. Sorti le 1er mai 2024

AVRIL 2024

Challengers

Affiche du film Challengers de Luca Guadagnino
Si certains ne voient en Luca Guadagnino que l’auteur de Call me by your Name, d’autres ont pu constater, au fil de ses films, sa volonté de diversifier son cinéma en termes de genres et de formats. Drame, horreur, chronique familiale, documentaire, courts et longs-métrages… le réalisateur italien ne se limite pas à une recette et chacune de ses œuvres démontre une soif d’exploration du genre humain afin d’en montrer les aspects les plus profonds et multiples. Avec Challengers, serait-ce pour lui l’occasion pour lui de nous servir un film de sport, catégorie pas toujours passionnante et plutôt destinée à un public spécifique? L’univers du tennis a donné lieu à quelques métrages ces dernières années, parfois sous forme de biopics, mais reste assez anecdotique car peu cinégénique. En réalité, ce n’est pas ce sport plutôt binaire qui l’intéresse ici mais son trio de personnages. Alors qu’un tournoi assez quelconque s’annonce, deux sportifs que tout semble opposer vont s’affronter pour un match dont les enjeux dépassent de loin la qualité du jeu de chacun. A grands coups de flashbacks qui dévoilent des échanges verbaux et physiques entre Patrick, Art et Tashi ayant eu lieu parfois plus de 10 ans en arrière, la partie gagne en intensité psychologique et révèle une histoire commune qui remonte à l’adolescence. Comment les meilleurs amis du monde ont-ils pu devenir des adversaires impitoyables? Est-ce à cause de cette femme qui les a pris dans ses filets, ou est-ce le tennis qui les a séparés, pour une différence de niveau ou d’ambition? Guadagnino s’amuse avec le cœur et le corps de ses athlètes pour créer des situations de séduction, de tension où tous les coups sont permis. Pour peu que l’on se laisse prendre à ce jeu de l’amour et de la raquette, ces Challengers nous proposent une vision bien moderne des relations humaines. Enlarge your tennis… en quelque sorte. Sorti le 24 avril 2024

Riddle of Fire


Affiche du film Riddle of FireDans notre monde, à la croisée de la réalité, du conte de fées et de la nostalgie, il est une place où les enfants peuvent encore partir à l’aventure en motocross et faire des rencontres heureuses ou inquiétantes, croiser des êtres et des lieux magiques. Un espace libre, presque hors du temps, où la forêt enchantée existe bel et bien, dans laquelle Hazel, Jodie, deux frères, accompagnées d’Alice, vont s’engouffrer pour une quête louable: retrouver l’ingrédient qui leur manque afin de réaliser une tarte pour leur mère souffrante. Et surtout, pour avoir le droit de jouer deux heures à leur nouveau jeu vidéo! Pour son premier film (fauché) tourné en 16 mm, Weston Razooli choisit l’aventure enfantine comme genre plutôt que l’horreur comme certains réalisateurs le font parfois. On pourrait facilement citer comme références les Goonies, le jeu de rôle et la Fantasy des années 80, mais ce serait réduire Riddle of Fire à ce qu’il n’est pas. Razooli puise son imaginaire dans les contes à l’ancienne en n’hésitant pas à les dézinguer à coups de balles de paintball et à les réinterpréter de manière moderne et naturaliste. Les enfants, tous sans père, loin d’être des victimes (et plutôt terribles par moment), deviennent maîtres de leur destin face à des loups, ogres et sorcières revisités. Cette recette savoureuse semble avoir été filmée entre copains tant la complicité, la naïveté et l’audace des situations qui s’en dégagent se passent de calculs scénaristiques ou de mode quelconque. Razooli possède un univers singulier qu’on peut déjà entrevoir dans un court-métrage, Anaxia. Dans une interview, il affirme que c’est la Dark Fantasy et les personnages marquants de vilains (sorcières, pirates…) qui l’attirent, plutôt que l’horreur. Il est alors assez surprenant d’entendre le thème de Cannibal Holocaust à la fin de son film. La musique de Riz Ortolani est en vérité plus un choix musical qu’il affectionne pour bien clore son histoire, qu’une citation de Deodato. Ce sont bien des sorcières qu’il compte mettre en scène dans ses œuvres à venir, et c’est avec une curiosité non dissimulée qu’on découvrira son prochain conte de fées. Sorti le 17 avril 2024

Borgo


Affiche du film BorgoLe précédent film de Stéphane Demoustier, La Fille au Bracelet, était un bijou de tension et de suspense. A travers sa réalisation épurée et des acteurs au jeu finement nuancé, cette histoire de procès démontrait un talent indéniable. Borgo confirme l’intérêt que l’on peut porter à cet auteur. Située cette fois dans le milieu carcéral de Corse, cette nouvelle œuvre conte la relation délicate entre prisonniers et surveillants. Fraîchement mutée de Fleury-Mérogis vers une prison de l’Ile de Beauté, Mélissa, une jeune femme discrète mais au caractère plutôt farouche, exerce son métier de gardienne avec autant d’humanité et de droiture que son métier lui permet. Accompagnée de son mari et de leur fille, ils sont tous trois accueillis avec une certaine haine dans le quartier. Depuis la prison, certains détenus vont lui apporter une aide bienvenue, qu’elle appréciera sans trop rechigner. Cette complicité va évoluer en un jeu dangereux où les limites entre vie professionnelle et privée vont être de plus en plus ténues. Porté par les épaules frêles d’Hafsia Herzi, Borgo brille par sa présence solaire et sa performance dans ce personnage complexe de femme instinctive confrontée à un monde dur et violent, avec des codes bien à lui. Sorti le 17 avril 2024

LaRoy


LaRoy affiche française du filmLa scène d’ouverture de LaRoy donne le ton du film qui nous attend. L’inquiétude et la tension qui s’en dégagent font penser que le conducteur imprudent qui vient de prendre en stop un homme va passer un mauvais moment (clin d’œil à Hitcher?). L’art des dialogues et le jeu des deux acteurs va transformer ces quelques minutes en un bijou scénaristique. Ce faux-semblant va définir le reste de ce polar noir à l’humour grinçant et ravageur. Certes, les frères Coen ne sont pas loin, la ville et les habitants de LaRoy se situant sur une route sans doute pas très éloignée de Fargo. Mais Shane Atkinson affirme un style et un talent indéniables bien à lui pour créer des personnages mémorables et attachants. L’enchaînement des situations démontre un art jubilatoire pour la complexité et l’évolution de l’histoire vers un dénouement forcément dramatique. Mais dans cette noirceur, son film reste lumineux. Le décor texan et ses décors iconiques (le bar, le motel, le store…) invoquent autant le western que le road movie, la romance, le film chorale et LaRoy s’inscrit aisément dans l’histoire du cinéma de divertissement et d’émotions au pluriel. Sorti le 17 avril 2024

Civil War


Affiche française du film Civil War d'Alex GarlandPour ceux qui suivent la carrière d’Alex Garland, Civil War était attendu au tournant avec une crainte non dissimulée. Après l’intimiste Men, huis-clos cérébral qui appuyait durement sur la domination masculine et les dégâts du patriarcat, le voir enchaîner sur une grosse production guerrière avait de quoi laisser dubitatif. Pourtant, avec cette nouvelle œuvre, l’écrivain-scénariste-réalisateur poursuit un sillon assez clair. Civil War montre une fois encore combien l’homme est capable de se déshumaniser dans un but de conquérir toujours plus. Etendre son pouvoir, son territoire, a été, et est toujours, le dessein de nombreux individus, simples citoyens ou politiques. L’actualité récente ne nous contredira aucunement. Garland le Britannique opte (au hasard?) pour les Etats-unis pour établir son champ de bataille.
Choix facile certes. Quel autre pays peut mieux incarner cette soif de domination? En réalité le choix était vaste. Il est terrible de constater comme tout dirigeant parle souvent de son peuple comme d’un seul homme, comme si un peuple était unique et indissociable. C’est ce qui rend le film universel. Le conflit quel le film nous présente évite toute explication inutile. On comprend simplement que le Président, dans une dystopie pas si lointaine, a attisé tant de haine et d’inégalités que deux camps se sont formés et s’affrontent désormais sans merci. Dans ce pays où le deuxième amendement de la Constitution reconnaît « la possibilité pour le peuple américain de constituer une milice (« bien organisée ») pour contribuer « à la sécurité d’un État libre », et garantir en conséquence à tout citoyen américain le droit de détenir des armes », il suffit de presser sur un bouton pour déclencher une bonne guerre. La rivalité Nord/Sud des années 1860 laisse la place à ces bons vieux blocs Est/Ouest qu’on pensait avoir relégués aux années 1980.
Dans sa Civil War, Garland nous invite à suivre une équipe de reporters de guerre, gage de neutralité (logiquement), faisant de nous des témoins en même temps qu’eux. Ce choix de protagonistes plutôt que des militaires nous permet d’être plongés au cœur de l’action, nous évitant de prendre parti pour un camp ou un autre. Des scènes sous haute tension se cumulent, ne laissant de répit qu’entre deux étapes dans cet aller simple vers l’enfer. Ou plutôt vers Washington, lieu de résidence du diable à abattre. Ce road movie, voyage intérieur dans le far west (de Brooklyn à la capitale), nous dévoile les visages nombreux de ce peuple aussi arrogant que passionnant à nos yeux. L’ennemi est partout et nulle part. Ni alien, ni rouge ni noir. Ni juif, ni musulman. Ni terroriste, ni religieux, ni hacker. Ou peut-être tout ça à la fois. Chacun voit ou imagine toujours l’ennemi qu’il souhaite. Tantôt invisible, tantôt aveugle, tantôt concerné, tantôt sourd, il est bien plus facile d’abattre le citoyen au bout du canon que d’aller à sa rencontre. Alex Garland ne délivre aucun message, ne donne aucune leçon. Il ne voit pas plus d’espoir dans les femmes que les hommes d’ailleurs. Il propose simplement la manière dont il perçoit le monde, comme un témoin conscient de son absurdité, comme le spectateur de la chute inévitable de l’humanité.
Sorti le 17 avril 2024

Le Mal n’existe pas


Affiche française du film Le Mal n'existe pasLe village de Mizubiki, près de Tokyo, est un lieu paisible où les habitants vivent en harmonie avec la nature qui les entoure. Lorsqu’une société vient leur présenter un projet de glamping, sorte de camping de luxe destiné aux citadins, une réaction d’opposition est unanime. Takumi, l’homme à tout faire du village, qui connait la forêt, la faune et la flore comme personne, va naturellement servir d’intermédiaire pour ouvrir un dialogue constructif. Résumer Le Mal n’existe pas à sa seule histoire serait réducteur, tant la narration est faite de choix audacieux qu’il faut ressentir pour les apprécier. La lenteur de l’action et la longueur des plans traduisent une volonté de retrouver une normalité dans la manière de raconter le récit, de laisser le temps au spectateur de réfléchir à ce qu’il voit, de faire appel à ses sens, à sa propre conscience et à ses attentes pour mieux le surprendre et l’impliquer. Jusqu’au plan final, l’interprétation est libre, nous laissant une impression de complexité voire de frustration de n’avoir pas toutes les clés. Mais le mystère fait partie intégrante de la Nature. Et quand le cinéma parvient à faire quasi corps avec elle, ça peut devenir aussi magique que le reflet du soleil sur un lac gelé. Sorti le 10 avril 2024

Enys Men


Enys Men affiche française du filmSur une île inhabitée, une femme se charge tous les jours d’observer des fleurs rares et de notifier dans un carnet quelques relevés. Au fil des jours, c’est le même rituel qui s’enchaîne. La solitude est parfois interrompue par les messages d’un marin qui doit venir la ravitailler bientôt. Un beau jour, une des fleurs montre des signes de maladie. Dès lors, la réalité va se mélanger à la mémoire des lieux et être bousculée par des apparitions et hallucinations plus ou moins inquiétantes, invoquant là le surréalisme, là l’imagerie horrifique. Le film comporte beaucoup d’éléments intéressants, mélangeant le conte et la légende, le passé et le présent, la mémoire et le tangible. Enys Men, avec son grain 16mm ancré dans les années 70, se regarde agréablement mais laisse un goût amer. Des indices sont peu à peu dévoilés, laissant au spectateur la possibilité de comprendre certains mystères. Mais la mise en scène use d’effets un peu trop systématiques et pas toujours subtils pour convaincre totalement. Sorti le 10 avril 2024

Nous, les Leroy


Affiche du film Nous, les LeroySandrine Leroy annonce à ses enfants et à son mari Christophe son désir de divorcer, après des années passées ensemble depuis le lycée. Celui-ci, déboussolé, leur propose de partir en week-end pour un périple vers les lieux emblématiques de leur vie. Un road trip en Land Rover, en bus ou à pied, qui fait la belle part à des gags souvent très drôles et à des scènes d’émotions touchantes. Premier long-métrage de Florent Bernard, Nous, les Leroy confirme son talent de scénariste et de dialoguiste (La Flamme, Le Flambeau). S’inspirant en partie de sa propre adolescence, la sincérité qui en dégage fait plaisir à voir. Jouant avec les codes du film de famille, invitant ses potes humoristes à faire partie de cette aventure pour des scènes souvent réussies, Florent Bernard n’évite pas certains écueils. Le film donne parfois l’impression de sketchs mis bout à bout, et si le rythme est plutôt soutenu sur la longueur, on aurait pu espérer une fin plus audacieuse. Mais le plaisir ressenti tout du long à travers cette famille en reconstruction reste. Après ce premier essai dans la comédie dramatique, il sera intéressant de voir la suite du parcours de FloBer vers le genre fantastique. Déjà à l’origine du scénario de l’efficace Vermines, le voilà entraîné, avec le réalisateur Sébastien Vaniček, dans l’aventure américaine pour un nouvel Evil Dead. Sorti le 10 avril 2024

MARS 2024

Immaculée


Affiche française du film ImmaculéePassée une introduction un peu racoleuse, Immaculée introduit Cecilia, une jeune religieuse américaine, arrivant en Italie pour rejoindre un couvent situé dans la campagne. Si l’accueil est plus ou moins chaleureux, elle prend rapidement ses marques et se fait des amies au sein de l’établissement. Mais des évènements inquiétants vont se produire, dont le plus incroyable va donner lieu à un véritable miracle: Cecilia va tomber enceinte. Suspiria, Rosemary’s Baby,… Immaculée est imprégné de « déjà vus » qui ne le handicapent pas forcément grâce à un travail soigné de l’image et une intention que l’on sent ambitieuse de la part de son réalisateur Michael Mohan et son actrice montante Sydney Sweeney (Along Came the Devil, Reality…). Fait rare, le film est tourné en italien, ce qui lui donne un charme indéniable. Tous deux ont déjà en commun une série TV teenage ainsi qu’un thriller (The Voyeurs). Cette nouvelle collaboration cumule un peu trop d’effets éculés, plombée par une intrigue qui n’évite pas le classicisme. Il reste tout de même quelques scènes marquantes où le gore s’invite divinement, et un impressionnant plan-séquence final qui à lui seul rehausse le film par son audace et son côté extrême. Sorti le 20 mars 2024

Vampire humaniste cherche suicidaire consentant


Affiche française du film Vampire humaniste cherche suicidaire consentantPremier long-métrage de la scénariste canadienne Ariane Louis-Seize, Vampire humaniste cherche suicidaire consentant est une belle gorgée de sang neuf dans le cinéma vampirique. A la fois teenage movie, comédie noire et drame familial, ce mélange de genres permet au film d’aborder des sujets autant légers qu’intimes, voire graves, et ce, de manière contemporaine. Il parvient à respecter les codes du genre tout en subtilités, et prend le temps de développer ses deux personnages principaux. L’adolescente Sasha (68 ans tout de même) déborde d’empathie qui empêche ses canines de vampire de pousser. Le jeune Paul n’a plus de raison de vivre dans un monde qu’il ne comprend pas. Le destin va les réunir et ensemble, ils vont faire un bout de chemin qui va les transformer, les rendre complémentaires et même, leur donner une certaine soif de vivre… Sorti le 20 mars 2024

The Sweet East


Affiche française du film The Sweet EastLillian, jeune lycéenne, fugue durant une sortie de classe à Washington. Echappée de son monde scolaire, elle va faire une première rencontre avec un inconnu, puis une deuxième, et se laisser entraîner dans un voyage à travers une Amérique qu’elle ne soupçonne pas encore. Road trip à la fois physique et mental, The Sweet East est un conte de fée qui mélange réalité et naïveté. Ce passage à l’âge adulte (et de l’autre coté du miroir) est l’occasion de nous rappeler la pluralité des Etats-Unis, source de créativité comme de violence, pays où les rêves autant que les cauchemars sont possibles. A travers les yeux de la jeune fille, pour qui chaque moment est une expérience, la poésie et l’espoir semblent imaginables. Forger son identité dans cette Amérique post Trump passe par l’échange, la confiance, l’ouverture aux autres. Même si l’horizon est sombre, que le monde entier devient un pâle reflet du pays de l’Oncle Sam, et que le milliardaire à mèche blonde prépare un come back en 2024, il n’est pas interdit de rêver à un monde meilleur. Sorti le 13 mars 2024

Il reste encore demain


Affiche française du film Il reste encore demain« Le phénomène italien aux 5 millions d’entrées ». Beau slogan pour un film certes plein d’humanité, au noir et blanc qui rappelle les comédies réalistes des années 1960, au sujet on ne peut plus actuel. Mais ses personnages sont caricaturaux, son style hésite entre comédie et drame sans affirmer haut et fort un véritable message engagé. Il en résulte un film lisse qui se veut trop populaire, trop consensuel, un peu sauvé par sa fin bien amenée qui fait regretter le manque d’audace sur le reste du métrage. Sorti le 13 mars 2024

La Salle des Profs


Affiche française du film La Salle des ProfsLes récentes propositions de films traitant du milieu scolaire ont pour la plupart pris le parti de la comédie ou de la comédie dramatique. Venu d’Allemagne, La Salle des Profs choisit une direction diamétralement opposée et embrasse la forme et les codes d’un thriller implacable. Dans ce collège, la politique de la tolérance zéro est de mise. Tandis que plusieurs vols ont été recensés, un élève est rapidement désigné comme l’auteur des faits suite à une fouille. Un peu hâtivement, car la méthode laisse à désirer et les preuves sont loin d’être convaincantes. La jeune professeure remplaçante Carla Nowak décide de mener l’enquête en usant d’une méthode discutable et va déclencher une situation qui va bouleverser tout l’établissement. Elle va se confronter tour à tour à ses collègues, à la hiérarchie, aux parents et aux élèves eux-mêmes, venant à douter de ses convictions. Un huis-clos brillant qui, à défaut de promouvoir l’école publique, nous livre une peinture de la société moderne accablant, régie par la rumeur et la mauvaise foi. Sorti le 6 mars 2024

FEVRIER 2024

Dune, deuxième partie


Dune 2 affiche française du filmLa première partie de Dune sortie à l’automne 2021 avait peiné à atteindre un score suffisant au box-office pour s’assurer d’une suite. A ce moment-là, l’univers imaginé par le romancier Frank Herbert était surtout connu par un lot d’initiés et par les amateurs de SF sérieuse. Entre temps, le film a trouvé le public qu’il méritait et étendu son lot de fans qui ont vu en l’adaptation de Denis Villeneuve une œuvre importante qui posait les bases d’une grande histoire universelle. Cette suite, dont on mesure déjà l’immense succès à travers le monde, semble conquérir les plus réticents. Paul Atréides poursuit son destin de sauveur d’Arrakis, guidé par sa foi en le peuple des Frémen, les menant vers la révolte. Les enjeux de pouvoir se précisent avec l’entrée en scène de l’Empereur et son rôle dans l’anéantissement de la Maison Atréides, sa collaboration secrète avec les Harkonnen et les Bene Gesserit. Dune deuxième partie se révèle, durant 2h45, un spectacle aussi virtuose visuellement que narrativement. Certains choix de Villeneuve peuvent parfois déconcerter mais ils traduisent une vision assurée et assumée du réalisateur, qui s’octroie des libertés dans la chronologie de certains évènements par rapport au roman ou l’abandon de certains personnages. L’essence du roman, ou plutôt sa savoureuse épice, infuse le long-métrage du début à la fin. A l’instar du premier volet, Dune 2 se termine sur une fin ouverte qui devrait confirmer la trilogie comme l’une des plus importantes de l’histoire du cinéma. Sorti le 28 février 2024

Universal Theory


Affiche française du film Universal TheoryAu début des années 1960, dans les Alpes suisses, un congrès de physique réunit les plus grands spécialistes venus du monde entier. Johannes, jeune étudiant, vient pour y présenter sa thèse, accompagné de son professeur qui semble loin d’être convaincu par ses recherches. Johannes va être confronté à une série de phénomènes troublants, comme la rencontre avec une jeune pianiste semblant connaître sa vie ou l’apparition de nuages étranges. Magnifiquement filmé en noir et blanc, Universal Theory est un voyage véritablement dépaysant dans le temps et dans l’esprit humain. Il déroute autant qu’il fascine à ouvrir des portes sans en livrer beaucoup de clés. Escroquerie ou grande œuvre, le film a le mérite de laisser chacun l’interpréter comme il le ressent, et c’est suffisamment rare au cinéma pour le juger trop vite. Malheureusement passé un peu inaperçu, Universal Therory aurait mérité plus d’égards, mais laisse augurer dans son multivers une belle carrière à son réalisateur allemand Timm Kröger. Sorti le 21 février 2024

Sans jamais nous connaître


Affiche française du film Sans jamais nous connaîtreAdam vit à Londres dans une tour moderne dans laquelle peu d’appartements sont occupés. Scénariste pour la télévision, il décide d’écrire sur sa jeunesse, période durant laquelle il perdit ses parents dans un terrible accident, alors qu’il n’avait que douze ans. En retournant dans la maison de son enfance, il va retrouver son père et sa mère au même âge qu’à l’époque, et tenter d’aborder les sujets et les non-dits qu’il porte lourdement en lui depuis lors. Parallèlement il fait la rencontre de Harry, un voisin avec lequel il noue une relation amoureuse et qui semble l’amener vers un avenir plus joyeux. Mais il va falloir qu’il surmonte ses traumatismes, la peur d’aimer, le refuge de la solitude… Sorti le jour de la Saint-Valentin, Sans jamais nous connaître est sans doute l’opposé de ce que pourrait attendre un jeune et innocent couple qui choisit le cinéma pour leur sortie en amoureux de l’année, mais il est tellement plus magnétique et profond qu’une romance rosâtre, tellement incarné par son casting, qu’il est bon de s’y perdre totalement, au risque de verser quelques larmes de tristesse plutôt que de bonheur… Sorti le 14 février 2024

Bob Marley: One Love


Affiche française du film Bob Marley: One Love
Le parti pris intéressant du film est de se focaliser sur une période cruciale de la vie de Bob Marley, à savoir le moment où la Jamaïque bascule dans une violence telle que la star locale évite de peu de se faire assassinat. Forcé de s’exiler, il atterrit à Londres où sa soif de justice, de paix et d’universalité va le pousser à surpasser son écriture et sa musique et engendrer la genèse de l’album Exodus. Mais le classicisme de la chose, ponctué de quelques flashbacks consensuels, et la performance plutôt timide de l’acteur principal, font de Bob Marley: One Love un biopic assez quelconque, à peine aidé par la BO sans surprises qui aligne les tubes du chanteur comme une compilation. Dommage d’offrir un hommage filmique peu ambitieux à ce personnage iconique et important du XXe siècle. Sorti le 14 février 2024

La Bête


Affiche du film La Bête de Bertrand BonelloAdaptation libre d’un roman d’Henry James, (La Bête dans la jungle), cette Bête pourra en fasciner certains par le mystère et le romantisme qui s’en dégagent. Les autres, dont votre serviteur, trouveront le temps long. Près de 2h30 terriblement longues où le temps passe d’une époque à une autre, voyant deux amants se retrouver par la magie d’une technologie futuriste. Dans ce monde où l’intelligence artificielle règne en maître et où les émotions ne sont plus utiles, Gabrielle parviendra-t-elle à ne plus éprouver de sentiments pour Louis? En réalité (non virtuelle), on finit par ne plus en avoir cure, car le sujet semble déjà daté après quelques minutes de projection. Le générique de fin et son idée de génie enterrent toute envie de comprendre où Bonello voulait nous emmener. C’est bête. Sorti le 7 février 2024

Daaaaaali !


Affiche française du film Daaaaaali! de Quentin DupieuxQuentin Dupieux poursuit à un rythme impressionnant l’exploration d’idées parfois loufoques, parfois barrées, et cette fois surréaliste. Pour son nouveau (pas très) long-métrage, il n’aurait pu trouver meilleur sujet pour embrasser ce style picturrrral que le célèbre peintre Salvador Dali. Il réalise un portrait décalé de l’artiste, usant de plusieurs comédiens (Edouard Baer, Jonathan Cohen…) pour l’interpréter avec l’extravagance. Dupieux nous plonge dans une boucle temporelle onirique, où l’on s’égare sans jamais se perdre, avec le flegme et la maîtrise qui le caractérisent. L’univers du réalisateur s’étoffe peu à peu pour continuer à ne ressembler à aucun autre, et même s’il n’en ressort pas toujours de grands films, chacune de ses œuvres possède une singularité indéniable dont il serait dommage de se priver. Sorti le 7 février 2024

JANVIER 2024

Amelia’s Children


Amelia's Children affiche française du filmOrphelin de naissance, Edward se voit un jour offrir par sa compagne Riley un cadeau qui va chambouler son existence et lui procurer un véritable passé. Un test ADN va lui révéler qu’il a en réalité un frère jumeau et une mère vivant au Portugal. Tous deux se rendent sur place et, une fois passée l’émotion des retrouvailles, vont devoir faire face à des situations d’abord gênantes puis véritablement glauques, au point de mettre en péril leur couple fusionnel. Si Amelia’s Children cumule quelques thématiques éculées (la gémellité, le vieillissement, les cauchemars), il possède un charme gothique indéniable à travers des personnages plutôt bien dessinés et une maison ancienne chargée de recoins et de souvenirs sombres à souhait. Un spectacle honorable, plus intéressant que la moyenne, mais qui ne marquera pas les esprits très longtemps après le générique. On lui préférera Abuela, plus ambitieux dans sa mise en scène et plus contemporain dans sa manière d’aborder des sujets de société délicats. Sorti le 31 janvier 2024

A Man


Affiche française du film japonais A ManRie, une jeune femme divorcée, vit avec sa mère et son fils, dans le deuil de son père et d’un autre enfant parti trop vite. Elle fait la rencontre d’un jeune et timide artiste, Daisuke, avec lequel elle va nouer une relation et reconstruire une famille. Ils se marient, et de leur union naît une fille. A peine deux ans plus tard, Daisuke meurt dans un tragique accident de travail. Lors des funérailles, elle découvre que son mari s’était présenté sous un faux nom. Elle fait appel à un avocat pour enquêter sur la véritable identité de l’homme qu’elle a aimé. Un mystère assez intriguant plane sur ce film qui aborde la quête de l’identité, le destin qu’on souhaite parfois changer pour des raison bien à soi, les origines de chacun. Des fils conducteurs qui fonctionnent un temps, mais qui s’emmêlent aussi, en usant d’une ou deux grosses ficelles qui réduisent un peu l’intérêt de l’intrigue et l’implication qu’on y projetait. Sorti le 31 janvier 2024

La Zone d’intérêt


Affiche française du film La Zone d'IntérêtRudolf Höss, sa femme Hedwig et leurs enfants vivent dans un petit paradis situé à Auschwitz en Pologne. Cette ravissante maison spacieuse, son jardin verdoyant et magnifiquement fleuri jouxtent un enfer où des actes innommables sont perpétrés dans une mécanique impitoyable. Père de famille exemplaire, il est surtout commandant du camp de la mort et promis à un bel avenir dans le IIIe Reich. Lorsqu’il est question pour lui d’être muté dans un autre camp, l’inquiétude de perdre ces privilèges naît dans le couple. Jonathan Glazer filme cette famille presque ordinaire sans mépris ni parti pris, comme pour mieux nous laisser mesurer la normalité qu’était devenu le processus d’extermination du peuple juif. L’ambiance sonore, la froideur de la mise en scène et quelques effets graphiques, plutôt que des images d’atrocités, suffisent à instaurer une atmosphère pesante. Il en résulte néanmoins un sentiment de flou envers la démarche radicale du réalisateur, qui fait confiance à notre connaissance de l’Histoire mais use de certains biais moins subtils pour faire passer ses intentions. Sorti le 31 janvier 2024

Iron Claw


Affiche française du film Iron ClawEstampillé « Inspiré d’une histoire vraie », Iron Claw aiguise d’abord la curiosité par son sujet assez rare à l’écran, le catch professionnel. Un sport qui pour certains n’est qu’une mascarade, où des brutes épaisses ne font que simuler coups et douleurs, mais qui pour beaucoup reste en réalité méconnu et mal compris. Dans les années 1980, quatre frères vont marquer la discipline, coachés par leur père autoritaire, ancien catcheur jamais titré. La complicité entre les frères laisse transparaître une famille heureuse, mais baignés dans un esprit permanent de compétition par le patriarche, leur vie va être une succession de frustration et de drames, perçus par eux comme une malédiction. L’aîné (Zac Efron, impressionnant), qui semble le plus robuste derrière sa carrure imposante, cache en réalité des failles évidentes. Dans cette décennie, le culte du corps et la puissance masculine vont être la vitrine de l’Amérique, et n’accorderont que peu de place à la création artistique et à l’expression des sentiments humains. L’ascension des frères Von Erich incarnait le rêve, mais leur chute laisse un goût terriblement amer. Car le show cette fois-ci n’aura pas fini en happy-end hollywoodienne.
Sorti le 24 janvier 2024

May December


Affiche française du film May DecemberElizabeth (Natalie Portman), célèbre actrice de télévision, vient passer quelques jours dans la demeure de Gracie (Julianne Moore), dont elle va incarner le personnage à l’écran. Le film doit retracer une période trouble de sa vie où elle fit la une de la presse à scandales. May December fait allusion à une relation entre deux personnes ayant un grande différence d’âge et s’inspire… de faits réels. Avec un sujet aussi délicat, Todd Haynes livre un film aux thématiques riches, où la vie réelle ressemble à une farce horrible, parfois bien plus que le cinéma qui cherche à s’approcher d’une certaine vérité. Les faux-semblants, les mensonges, les non-dits débordent de ce microcosme qui semble idyllique de prime abord. De la mise en scène à la performance des comédiens, c’est un sans faute impressionnant. Sorti le 24 janvier 2024

Pauvres Créatures


Affiche française du film Pauvres CréaturesDr Godwin Baxter, éminent chirurgien, confie un jour à un de ses élèves le soin d’étudier Bella, une jeune femme qu’il a miraculeusement ramené à la vie. Sorte de Docteur Frankenstein fasciné par sa créature, il la voit progresser de jour en jour, physiquement et intellectuellement. Bientôt un désir de liberté va naître en elle, puis une soif d’émancipation et de découverte qui va l’entraîner à travers le monde. Aidée par un avocat excentrique et charmeur, celle qui débutait sa nouvelle existence de manière naïve et candide va jouir à plus d’un titre de sa nouvelle condition et façonner son existence, purement et entièrement. Yórgos Lánthimos poursuit son exploration du genre humain et celle du couple en particulier mais, plutôt que d’opter pour la froideur et la cruauté qu’il affectionne, se permet des éclats de folie et un mélange de genres filmiques déroutant mais imparable. Ses comédiens sont lâchés dans un univers haut en couleurs (Emma Stone, Mark Ruffalo, Willem Dafoe) et s’en donnent à coeur joie pour dépeindre l’absurdité de l’humanité. Sorti le 17 janvier 2024

Les Chambres Rouges


Affiche du fil Les Chambres RougesVenu du Canada, Les Chambres Rouges démarre comme un film judiciaire qui augure de longs moments de plaidoiries. Dans la salle du tribunal, deux jeunes femmes, semblant étrangement fascinées par le présumé meurtrier, assistent au fil des jours au procès telles des groupies. L’homme, presque condamné d’avance, serait l’auteur de vidéos de meurtres de jeunes filles perpétrés dans une Red Room, lieu hautement interdit du dark web. De natures totalement opposées, les deux jeunes femmes vont pourtant se lier d’amitié et partager cette période intense où le doute, la fascination, les questionnements vont les pousser à sortir de leurs limites respectives. Le film se mue en réalité rapidement en un thriller inattendu qui voit son personnage principal, au départ jeune femme contemporaine très superficielle, ôter peu à peu son armure et révéler un déterminisme hors du commun. Sa quête d’un Graal numérique pour faire éclater la vérité passera par des chemins de traverses redoutables, où le poker et le bitcoins se montrent des alliés indispensables. Sorti le 17 janvier 2024

Godzilla Minus One


Affiche du film Godzilla Minus OneAvions-nous besoin d’un énième Godzilla? Depuis les années 1950 et l’œuvre originelle de Ishirô Honda, près de 40 films ont vu le jour avec le monstre nucléaire dans le rôle plus ou moins principal. Patrimoine japonais indéniable, le célèbre Kaiju est tristement passé du côté américain à plusieurs reprises, faisant néanmoins grandir encore sa popularité. Ce Minus One situe son action après la défaite nippone à la fin de la Seconde Guerre mondiale et parvient à transmettre un vrai propos moderne tout en conservant son intégrité. Le pays dévasté est en pleine reconstruction et à peine s’est-il relevé qu’il doit faire face à l’attaque de Godzilla. Le film, à travers des personnages bien sentis (le kamikaze qui a refusé son destin, la fille qui s’est improvisée mère…), est une critique ouverte du gouvernement et une ode au peuple solidaire et déterminé. Les scènes de destruction, malgré un budget limité qui dévoile quelques faiblesses dans certains effets spéciaux (loin d’être honteux), sont impressionnantes et ne cèdent pas à l’angélisme. Sorti initialement pendant 2 jours en décembre, il est reprogrammé seulement 15 jours ce mois-ci. Un choix audacieux de la part du distributeur qui a l’air de porter ses fruits. Ressorti le 17 janvier 2024

La Vie rêvée de Miss Fran


Affiche française du film La Vie rêvée de Miss FranLe titre américain du film est beaucoup moins trompeur. Sometimes I Think About Dying annonce une couleur bien plus sombre que le rose de l’affiche française et son air de comédie romantique. Fran est une jeune femme très réservée qui semble peu à l’aise avec les interactions sociales. Sa vie solitaire la fait passer de son travail de bureau, où elle fuit les discussions avec les collègues, à son domicile, qui révèle une sinistre normalité. Elle rêve quelques fois, mais sans être des cauchemars, les images dans sa tête sont peu réjouissantes. L’arrivée d’un nouveau collègue est l’occasion pour elle de sortir, un peu, de sa bulle. Mais ce ne sera pas sans quelques montagnes à franchir. Daisy Ridley parvient à faire oublier son rôle de Jedi et campe un personnage peu attrayant et loin d’être une héroïne glamour. Tout en délicatesse et dotée d’un travail élégant de photo, l’histoire de cette timide maladive est un bel hommage aux personnes qu’on ne voit pas, qu’on n’entend peu, qui ne font pas de bruit dans un monde qui en fait souvent trop, et qui voudrait juste parvenir à vivre un peu moins normalement… Sorti le 10 janvier 2024