Texte : Nicolai Laros - 9 juillet 2020

BO film Halloween II

Allo win

Un Halloween digne de ce nom et qui ne porte pas l’empreinte reconnaissable entre mille de John Carpenter, est-ce vraiment envisageable ?
L’ombre de « Big John » plane donc sur l’ensemble des suites données à son œuvre matricielle de 1978, La Nuit des Masques, et pour cause : c’est bel et bien lui-même, en compagnie de son fidèle musicien et arrangeur électronique Alan Howarth, qui s’occupe de peaufiner les partitions des films en question.

Pour la suite directe à son chef-d’œuvre, confiée aux bons soins de Rick Rosenthal (Bad Boys avec Sean Penn), la pérennité de l’œuvre a longtemps été contestée, nombre d’experts et de critiques l’attribuant un peu hâtivement à celui qui, bien que l’ayant écrite et produite, était alors occupé à tourner un autre de ses films phares : New York 1997.

C’est certainement le ton de l’ensemble, notamment les accords d’une musique reconnaissable entre mille, qui en est à l’origine ou a en tout cas renforcé ce malentendu.

De toute façon, il s’agit ici de perpétrer de la manière la plus cohérente qui soit tout ce qui a si bien été mis en place dans le premier opus. Un respect total des codes visuels et sonores s’imposaient donc naturellement pour une suite qui se veut être le prolongement immédiat de l’expérience précédente.

Il est donc essentiel que le spectateur se laisse immédiatement prendre au jeu!

Ici, les thèmes emblématiques comme « Halloween Theme » et « He knows where she is ! » ou « The Shape Enters Lauries Room » enchainent le plus naturellement possible sur ceux du film précédent. Pourtant, la contribution d’Alan Howarth, qui avait déjà participé à des titres aussi prestigieux que Star Trek Le Film ou Nimitz, est incontournable : en effet, l’ensemble des effets sonores qu’il a créés spécialement pour cette partition confèrent une ampleur nouvelle aux notes jouées, et ce dès le début du film avec la réorchestration du fameux Theme.

Du coup (répétition), lorsque l’on a la chance de pouvoir écouter les deux bandes originales à la suite l’une de l’autre, on constate avant tout qu’en terme de dynamisme et de modernité, il s’agit ici de bien plus qu’une simple remise au goût du jour!

L’utilisation finale du titre « Mr. Sandman» donne aussi nettement le change par rapport à la fidèle retranscription de l’esprit même de la fête d’halloween aux USA. C’est un apport un peu frais et également bien inquiétant par le contraste saisissant ainsi créé.

Il est aussi bon de noter que diverses éditions (CD, vinyle…) ont ainsi vu le jour, notamment la « 30 Anniversary Edition » qui propose une kyrielle de titres supplémentaires comme par exemple les fameuses « Halloween Suites A-F ». Mais pour avoir une chance de la trouver, c’est vers l’import ou internet qu’il faudra impérativement vous tourner.

Toujours est-il que l’ensemble des suites de la série, du moins jusqu’à ce que John Ottman prenne la relève pour Halloween 20 Years After ainsi que les métrages de Rob Zombie, bénéficient tous de l’apport précieux de ce musicien et expert talentueux des sonorités multiples et variées qu’est Alan Howarth.

Si vous adorez la Nuit des Masques et que vous ne deviez donc faire qu’un choix, celui du deuxième tome des aventures de Michael Myers s’impose tout naturellement comme une évidence. Bonne écoute.